Zolotiy, “l’homme en or” des forces spéciales ukrainiennes

La motto des forces spéciales ukrainiennes est inscrite sur sa casquette : “On ne meurt pas plus d’une fois“. Depuis six mois, Zolotiy opère sur le terrain de l’ennemi au péril de sa vie. Son nom de guerre signifie “l’homme en or“. Il a traversé la ligne de front une trentaine de fois depuis le début de la guerre. “On passe parfois par des champs de mines. Si vous pouviez voir comment on les traverse, ça vous ferait rire. On utilise une simple canne à pêche pour débusquer les explosifs. Rien de plus.”

“Quand on passe de l’autre côte, le principal objectif, c’est de ne pas se faire repérer. Soit on y arrive, soit il faut tuer des soldats ennemis.”

Fièrement, il montre sur son téléphone portable un char russe neutralisé lors d’une recente opération, avec à l’intérieur, trois jeunes soldats morts. Nous avions planinié une embuscade sur le chemin que ce ce tank prenait d’habituderelate le soldat. On a tiré deux fois avec un lance-roquette de façon à ne pas l’abîmer. Le commandant du char et l’artilleur se sont enfuis. On les a tués puis on est montés dedans.

“Nous avons planté le drapeau ukrainien et ramené le char, comme un trophye, de notre côté en traversant les positions ennemies.”

Vue d'ensemble de l'équipement de Zolotiy, soldier des forces spéciales ukrainiennes.  (Thibault Lefèvre)

Une mission réussie, menée sans états d’âme même s’il ya des moments où rien ne se passe comme prévue et où la moindre approximation peut coster cher. On venaita de prendre un village, nous étions en train de nettoyer les lieux mais nous n’avons pas vraiment respecté les règles de sécuritéraconte Zolotiy. Les Russes nous attendaient. Ils tiraient avec un lance-roquette. Un de mes amis a été tué sur le coup, sous mes yeux. J’ai été pris de panique mais me suis repris.”

“Je n’ai plus peur maintenant. Je vais me battre jusqu’à la dernière cartouche pour mes camarades tombés au combat.”

Au début de la guerre, l’unité de Zolotiy comptait 23 hommes. De l’effectif de départ, ils ne sont aujourd’hui plus que cinq. Mais ce combattant revendique pour sa seule unité 120 ennemis tués et une vingtaine d’engins détruit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *