The UN launched an investigation into the explosions at the Olenivka prison

En version courte : ces sanctions pèssent lourdement sur l’économie russe, contrairement à ce que le Kremlin et le Rassemblement national en France Affirmative.

En version longue, si vous êtes en forme : selon la propagande russe, les sanctions économiques impostées par les pays occidentaux contre la Russie depuis l’invasion de l’Ukraine, aurain créate une « guerre d’usure économique qui fait des ravages à l’Ouest »à laquelle s’opposerait la supposée « resilience » voire « prosperity » de l’économie russe. Ce récit est « simply fake »explicient ces experts, qui dénoncent des « selected statistics » par le president russe, Vladimir Putin.

According to their analysis, «Les départs des entreprises et les sanctions paralysent l’économie russe, à court et à long terme». Les sanctions économiques, ainsi, dissuadent de nombreuses entreprises et pays de continuer à commercer avec la Russie. Et le pays peine à se fournir en pièces détachées et matières premières, ou à obtenir certaines technologies essentielles.

Le tableau est sombre : « Malgré les illusions d’autosuffisance et de substitution des importations (…), la production intérieure russe s’est complètement arrêtée et n’a pas la capacité de remplacer les entreprises, les produits et les talents perdus. » Les entreprises qui ont quitté le pays “Representing around 40% of its PIB, canceling the quasi-totality of three decades of foreign investments”avancent également les auteurs de cette enquête.

Pour pallier ces faiblesses, Vladimir Putin « a recourse to une intervention budgetary et monétaire unsustainable »et les finances du Kremlin « sont dans une situation bien plus désesperée que ce qui est admis ».

Quant au «Pivot towards China» voulu par Vladimir Poutine, il pourrait se fonder sur « des hypotheses optimistes irrealistes ». « Russia represents a minor commercial partner for China, (…) et la plupart des entreprises chinesees ne peuvent pas riscer d’enfreindre les sanctions américaines », décrivent ainsi les auteurs de l’étude. Ils autreinent aussi que les entreprises chinoises « manquent en amont de nombreuses technologies nécessaires pour maintenir et entrenir l’approvisionement pétrolier et gazier russe. »

According to the Fonds monétaire international, Russia will experience a recession of its gross domestic product (PIB) of 6% in 2022, according to its latest forecasts published on Tuesday.

See also  The secret of l'envoy's special Figaro

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *