The federal prosecutors are interested in the actions of Donald Trump

Depuis des mois, on parle surtout de l’enquête de la commission parlementaire sur l’assaut du Capitole. But the most dangerous for Donald Trump is the cell carried in parallel by the Department of Justice, which has already charged hundreds of supporters of the former president. Et selon plusieurs médias américains, les prosecutors fédéraux have begun de poser des des actions sur les actions de Donald Trump, notably à l’ancien chief de cabinet de Mike Pence, qui a témoigné devant un grand jury la semaine dernière.

A ce stade, on ignore si Donald Trump est diremente visé par une instruction judiciaire. But in the framework of the global investigation on January 6, 2021, the federal justice is interested in the actions undertaken by Donald Trump to interfere with the results of the presidency, rapporte le New York Times. According to CNNles prosecutors ont également obten un mandat pour examiner le téléphone de l’avocat John Eastman, considered comme le principal architecte des efforts pour remplacer les grands électeurs validés par plusieurs Etats contestés.

Nouvelles auditions au Congrès en septembre

Sur la chaîne ABC, l’ex-chef de cabinet de Mike Pence, Marc Short, refused to give details on subjects discussed before a grand jury. But he denounced the violent actions of supporters of Donald Trump, some of whom were found within a few meters of the ex-vice president, chanting «Pendons Mike Pence». Short a loué l’action des gardes du Secret service, estimant que si les émeutiers avaient réussi à s’approcher des éluss, il y aurait pu avoir « un bain de sang ».

See also  jamais l'Espagne n'avait created autant de contrats à durée indéterminée

L’enquête du département de la Justice n’est pas liée à celle, politique, de la commission parlementaire. Cette dernière a termine une première série d’auditions publiques en juillet. Face « à de nouvelles informations », de nouvelles auditions auront lieu en septembre. Elles will enable peut-être de confirmer – ou pas – les allégations d’une ex-assistante du chief of staff de Trump. Cassidy Hutchinson a affirmed que Donald Trump avait l’intention d’aller au Capitole, et qu’il savait, via son service de sécurité, que certains de ses supporters étaiten armés.

La commission rendra ensuite son rapport et pourrait recommander des charges pénales contre Donald Trump. Il ne s’agit que d’un avis consultatif : c’est l’attorney general (ministre de la justice) Merrick Garland qui décidera s’il ya matière à inculper l’ancien locataire de la Maison Blanche, qui fait du teasing ces derniers jours sur une nouvelle candidature en 2024. Garland a insistedé cette semaine : « personne n’est au-dessus des lois ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *