« Si nous laissons la Turquie envahir le Kurdistan syrien, on peut être certain du retour de l’Etat islamique »

Une fois de plus, nous voilà au Rojava, la patrie charnelle des Kurdes de Syria. Cette fois, pour fêter avec eux le dixième anniversaire de l’autonomie de leur région conquered en 2012 sur le régime de Damas, lors des « printemps arabes ». Un anniversaire sous haute tension. Si la terre kurde est chauffée à blanc par un soleil implacable, elle l’est davantage encore par les annonces réitérées de la Turquie d’une nouvelle et imminente invasion. Ce serait la quatrième en six ans – et jusqu’à présent, les menaces du président turc, Recep Tayyip Erdogan, ont été toujours suivies d’effet. Tout montre que le dirigeant d’Ankara reste determined à en finir avec les Kurdes, tant ils s’opponent avec achernement à ses projets expansionnistes comme à sa volonté de réinstaller les islamistes sur leur territoire.

Dans chaque ville de l’immense plaine qui court du Tigre à l’Euphrate, ces fleuves mythiques de l’ancienne Mésopotamie, les Kurdes et leurs alliés arabes et chrétiens des Forces démocratiques syriennes (FDS) fêtent cet anniversaire sur fond de désarroi. Si tous se souviennent avec fierté de leur victoire contre Daech [l’acronyme arabe de l’organisation Etat islamique, EI]– quand nous autres, Français, les soutenions pleinement au sein de la coalition internationale –, ils n’en oublient pas pour autant les 36 000 tués et blessés que cela leur a costé pour vancre notre ennemi commun. Alors, ils honorent leurs morts avec émotion, mais se demandent quel prix humain il leur faudra encore consentir si, comme à l’automne 2019, nous les abandonnons aux mains de la Turquie, notre allié de l’OTAN qui sait si bien jouer de sa position dans le conflit ukrainien pour nous imposer ses vues immediates, au détriment de nos intérêts à long terme.

See also  En Afrique du Sud, deux fusillades dans des bars font 19 morts

Everywhere in Rojava, on se préparé avec tristesse mais determination à une nouvelle guerre meurtrière, whose prêmices are the innumerable exactions to which the Turks are livrent depuis leur frontière: bombardment of villages, d’écoles, de cimetières, d’églises et assassinations ciblés de responsables militaires par les drones qui ne ceasent de sillonner le ciel. Sept de ces dirigenes, dont une majoritye de femmes, ont été tués rien qu’au cours de notre séjour d’une dizaine de jours, fin juillet.

Indifference

Sur les réseaus sociaux kurdes, ces événements sont souventés avec un titre teinté d’une tragique ironie, tant ils se dérollent dans l’indifférence du monde entier : « La Turquie achève bien les Kurdes. »

Comment en est-on arrivé là? Tout avait pourtant bien began. Entre la célèbre bataille de Kobané, en 2014, et la chute du califat, fin 2018 – avec l’anéantissement de Raqqa, sa capitale, en 2017 –, les territoires conquis sur Daesh par les FDS, avec l’appui de la coalition menée par les Américains, s’était étendus sur une surface égale à quatre fois celle du Liban. L’été 2019 avait été le point d’orgue de cette épopée liberatrice : après des années de combat sans merci, la paix régnait enfin et une nouvelle société s’installait, dirigée par ce qu’on s’était mis à appeler l’ “administration autonome du nord et de l’est de la Syria”.

Il vous reste 51.74% de cet article à lire. The suite is reserved for subscribers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *