revivez le « jour 2 » après la mort de la reine Elisabeth II ; Charles III officially proclaimed king

Pourquoi une cérémonie de proclamation at-elle eu lieu à la City de Londres?

Comme pour toutre que la City a une place constitutionalnelle à part dans le Royaume-Uni, la proclamation du nouveau roi sest déroulée devant le Royal Exchange ce midi, au cœur du quartier financier. La « vraie » proclamation a eu lieu une heure plus tôt au palais Saint-James, où se trouvain Charles III, mais les seules « répliques » de cette annonce publique, destinée traditionnellement à informer le peuple, se dérollent dans les trois autres nations du pays (dans les jours qui viennent à Edimbourg, Belfast et Cardiff) et… à la City, pourtant si proche.

D’un côté, la Banque d’Angleterre, de l’autre Mansion House, la résidence du Lord Maire de la City. Entre les deux, sous la statue de Wellington, les gardes à bonnet de (fausse) fourrure d’ours se tiennent au garde-à-vous. La proclamation est lue, par l’étrangement nommé « Clarenceux King of Arms » (un officier du palais), devant la petite foule réunie en silence qui se presse des deux côtes de la place. « It has pleased almighty God to call to his mercy our late sovereign lady Queen Elizabeth II… » : « Dieu tout-puissant a rappelé feu notre souverainee Elizabeth II… » Le Prince Charles Philip Arthur George est officiellement fait roi Charles III.

Mais pourquoi faire cela à la City? Cette institution est au cœur de l’arrangement constitutionnel britannique depuis un millénaire. Quand Guillaume le Conquérant a envahi l’Angleterre, en 1066, il est arrivé à Londres et a passé un arrangement : la City (c’est-à-dire l’ensemble de la ville à l’époque) le reconnaissait, finançait ses guerres, et, en échange, elle gardait le droit de commercer. Mille ans plus tard, le souverain ne peut traditionnellement toujours pas entrer dans la City sans en demander la permission au Lord Maire. La City a également un officier en place au Parlement, répondant au titre de Remembrancer, qui est en fait un lobbyiste du quartier d’affaires. Le Lord Maire receives une fois par un an pour un banquet le premier ministre, pour un important discours de politique étrangère. Il fait de même avec le chancelier de l’Echiquier pour un discours économique.

See also  Moldavie, Gorgie, Ukraine ... Comment on Russie avance ses pions for contrer l'Occident

Markus Walker est le prêtre anglican de St Bartholomew-the-Great, une église dating de 1123. Il est venu en soutane assister à la proclamation et rappelle qu’ « historically, aucun roi n’a survécu sans le soutien de la City ». Il évoque le précédent de la dispute pour la Couronne entre Stephen et Mathilda au XIIe siècle, où le premier a prévalu grâce au soutien de l’argent du center historique. Pareil au XVIe siècle, quand le révolutionnaire Cromwell a pris le pouvoir avec l’aide de la City. « Aujourd’hui still, la City est au cœur du pouvoir économique de notre nation »pursuit le prêtre.

Tout ça est enrobé d’une pompe et de traditions maintenues avec autant d’ironie que de sérieux. John May est venu sur place avec son grand collier d’apparat de la Worshipful Company of Paviors, le corps de métier des « pavers ». « Traditionally, nous étions chargés de poser les pavés et entrenir les routes de la City. » Aujourd’hui, ce corps de métier – il en existe des dizaines de semblable à la City – se réunit dans le but de lever de l’argent pour des associations caritatives mais aussi pour du réseautage et du lobbying. « Impossible d’être influent ici sans faire partie de ces groupes, et donc d’être actif dans des associations caritatives »explains Markus Walker. God Save the Kinga chanté la foule avec ferveur. « And the City »ont dû penser silencieusement les officiels présents à la cérémonie.

Eric Albert (London, correspondence)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *