Réactions contrastées à la émission de Boris Johnson

The numerous leaders of the world have reacted after the decision of the British Prime Minister, Boris Johnson, to resign from the head of his Conservative Party, on Thursday 7 July, opening the way for the arrival of a new head of government.

Etats-Unis

Les Etats-Unis ont declaré qu’ils poursuivraient leur « étroit co-operation » avec la Grande-Bretagne, y compris leur soutien conjoint à l’Ukraine contre l’aggression russe. “The United Kingdom and the United States are the closest friends and allies, and the special relationship between our peoples remains strong and durable.”said the American president Joe Biden in a communiqué.

« Je me réjouis de pursuivre notre étroite cooperation avec le gouvernement du Royaume United »at-il ajoute, nomentamente « en maintenant une approche forte et unie pour sutenir le peuple ukrainien alors qu’il se defend contre la guerre brutale de Putine contre sa démocratie, et en holding la Russie responsable de ses actes ».

Read also Article reserved for our subscribers Joe Biden et Boris Johnson metten en sourdine leur différend sur l’Irlande du Nord

European Union

Après des années de relations tendues avec la Grande-Bretagne, l’UE entrevoit l’espoir d’une amélioration après la démission du champion du Brexit Boris Johnson, mais la méfiance persiste.

La Commission européenne a publiquement esquivé les commentaires sur le bouleversement politique au Royaume-Uni, mais d’autres personnalités dans l’orbite de Bruxelles se sont lâchées. « The departure of Boris Johnson opens a new page in relations with Great Britain », a tweeted Michel Barnier, l’ancien negociateur en chef de l’UE pour le Brexit. « Puisse-t-elle être plus constructive, plus respectueuse des engagements pris, notably en ce qui concerne la paix et la stabilité en Irlande du Nord, et plus amicale avec les partenaires de l’UE. Parce qu’il ya tellement plus à faire ensemble. »

Read also: L’Union européenne face au cynisme de Boris Johnson

Ireland

Irish Prime Minister Micheal Martin has declared that Boris Johnson’s decision to retire was withdrawn « an opportunity » de détendre les relations. M. Martin added that les liens entre Dublin et Londres avaient été « tendus et remis en question ces derniers temps »notably en raison des divergences concernant les accords commericals spéciaux post-Brexit en Irlande du Nord.

See also 

« Nous avons maintenant l’occasion de revenir au véritable esprit de partnership et de mutual respect qui est necessaire pour étayer les gains de l’accord du Vendredi saint », declared Martin in a communiqué. Les accords de paix de 1998 ont mis fin à des deciennes d’effusion de sang sur la dominique britannique en Irlande du Nord, mais avaient été mis à rude épreuve par le Brexit.

Read also: Article reserved for our subscribers Londres menace Bruxelles d’abandonner des pans entiers du protocole nord-irlandais

Ukraine

Ukrainian President Volodymyr Zelensky called Boris Johnson to express his opinion « tristèse »declared Kiev. « Nous accueilons tous cette nouvelle avec tristesse. Non seulement moi, mais aussi toute la société ukrainienne qui sympathise beaucoup avec vous », a declared the presidency, citing M. Zelensky, et réiterant à quel point les Ukrainiens étaiten reconnaissants pour le soutien du Premier ministre britannique depuis l’invasion russe. M. Johnson was considered comme l’un des plus fervent partisans de l’Ukraine en Occident.

Lire l’entretien : Article reserved for our subscribers Boris Johnson : « Une contre-offensive ukrainienne devrait être souteune »

Russia

Le Kremlin a declaré qu’il espérait que « plus de professionals » arriveraient au pouvoir en Grande-Bretagne. « Nous voudrions espérer qu’un jour en Grande-Bretagne, davantage de personnes professionnels capable de prendre des decisions par le dialogue arriveront au pouvoir »said Kremlin spokesman Dmitri Peskov. « Mais pour le moment, il ya peu d’espoir pour cela. »

Read also: Guerre en Ukraine : le premier ministre britannique, Boris Johnson, interdit d’entrée en Russie

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *