Pour s’affranchir du gaz russe, l’Allemagne songe à prolonger ses centrales nucléaires

L’Allemagne s’apprête-t-elle à faire volte-face sur la question du nucléaire? Un prolongement des dernières centrales en fonctionnement outre-Rhin est est ouvertement ouvertement par le gouvernement. A scenario that would have seemed impossible before the outbreak of war in Ukraine and the energy crisis that began these last months.

En plein réflexion autour de cette question, le gouvernement allemand a indicé lundi qu’il trancherait « in the next weeks » sur une possible prolongation des dernières centrales nucléaires, censées s’arréter en fin d’année. Avant de trancher, Berlin dit attendre le résultat « d’un stress-test qui est en cours » pour connaître le niveau de sécurité actuel des centrales.

Crise du gaz : après le charbon, l’Allemagne doit “prolonger ses centrales nucléaires” (Thierry Breton)

Le retour au nucléaire constituerait un virage spectaque dans la politique énergétique allemande, constructed depuis une decennie sur l’arrêt du nucléaire, le gaz et l’augmentation du rénovéable. Under the emotion of the nuclear catastrophe of Fukushima in 2011, the previous Chancellor Angela Merkel decided to withdraw her country from this source of very low carbon energy.

Le débat occupe la classe politique allemande et la coalition

Ce choix d’Angela Merkel de 2011 a longtemps été plébiscité par les ecologists, membres de la coalition gouvernementale du chancellier social-democrat Olaf Scholz, la lutte contre l’atome étant un pilier du program des Verts allemands depuis la Guerre froide.

Mais la raréfaction des livraisons de gas russe, et leur arrêt attendu dans les prochaines mois dans un contexte de economic sanctions vis-à-vis de la Russie, ont plungé le country dans une situation de grande précarité énergétique à l’approche de l’ hiver. Before the war in Ukraine, Germany imported 55% of its gas from Russia.

See also  au moins 12 morts et 260 blessés apés a fuite de chlore in a port

Le ministre de l’Economie Robert Habeck, issu des rangs écologistes, a tiré la sonnette d’alarme le mois dernier en reconnaissant que la situation énergétique du pays était d’une gravité inédite. « Nous sommes déjà dans une situation où l’Allemagne n’a jamais été. Rien que si les livraisons de gaz russe restent aussi faible qu’elles le sont actuellement, nous courons à la pénurie de gaz », at-il explicable en reconnaissant que son gouvernement s’apprêtait à faire des «choix de société très difficiles».

A droite, la prolongation des centrales nucléaires est défendue par les conservateurs allemands. « Je peux déjà l’anticiper, vous verrez que les centrales nucléaires seront produtoes en fin d’année », a martelé ce week-end leur chef Friedrich Merz. Au sein même de la coalition gouvernementale, les Libéraux du FDP soutiennen aussi cette option. « La durée de vie des centrales nucléaires devrait être produits jusqu’au printemps 2024. C’est la periode pendant laquelle nous risquons de manquer d’énergie »a lancé dans Bild mardi un poids lourd des libéraux, Michael Kruse.

On Sunday, the vice-president écologiste du Bundestag Katrin Göring-Eckardt conceded that in case of real emergency situation, les dernières de combustible des centrales nucléaires encore en service, ce qui permitterait de prolonger leur durée d’exploitation était une option possible. Even the minister of foreign affairs, the écologist Annalena Baerbock, admis que la « situation d’urgence » que connaît l’Allemagne obligeait à « réfléchir à toutes les solutions ».

If Germany were to maintain its last nuclear power plants in operation, this would not be the first incoherence in its ambition to reduce carbon emissions. The country has already announced that it will resort to central coal to reduce dependence on Russian gas.

See also  In Denmark, does the Omigron variant affect the "triple-vaccine" more?

———

Accord de principe entre la Belgique et Engie pour prolonger 2 réacteurs

Les deux réacteurs nucléaires belges dont la durée de vie doit être produtre de ten ans pour reinforcer l’indépendance énergétique seronts exploités dans une coentreprise à créer entre l’Etat belge et le groupe français Engie, selon « un accord de principe » annoucement conjointement vendredi . Les deux parties négocient àprement les conditions de cette prolongation announcée en mars, sur fond de limitation de la dependence aux hydrocarbures russes consécutive à la war en Ukraine. Elles comptent aboutir « à un accord définitif d’ici à la fin de l’année et le soutrem à la Commission européenne », ont précis vendredi dans un communiqué le Premier ministre Alexander De Croo et la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten .

(avec AFP)