New Delhi launches its premier porte-avions «made in India»

L’Inde, acteur militaire régional de premier plan, vient de démontrer sa volonté de hisser plus haut le pavillon de ses maritime ambitions. En lançant, vendredi 2 septembre, depuis les chantiers navals de Cochin (sud-ouest du pays), le premier porte-avions entirely « made in India », le chef du gouvernement, Narendra Modi, s’est enorgueilli du fait que son pays a « Rejoint la ligue des quelques nations qui peuvent construire des porte-avions de cette taille dans leur pays ».

Pour le premier ministre d’un pais qui devrait devenir en 2023 le plus peuplé de la planete, devançant la China, le launch du Vikrant marque une « étape importante » vers une autonomie plus affirmée de l’Inde quant à sa capacité de projection maritime. New Delhi a bien sûr en ligne de mire le grand rival chinois, avec lequel la competition n’est pas seulement démographique, mais surtout militaire et géopoltique.

Lire aussi l’éditorial du « Monde » (June 2020) : Chine-Inde : le choc des nationalismes

Le Vikrant (« courageous », in Sanskrit) is a building of 262 mètres, d’une quarantaine de milliers de tons – soit l’équivalent du Charles-de-Gaulle. Il peut accueillier 1 600 hommes d’équipage et emporter une trentaine d’avions, dont les MIG-29K russes de l’aviation indienne. Le navire fait son entrée dans la marine en prenant le nom du premier porte-avions de l’Inde, aujourd’hui hors service, qui avait pris part au conflit indo-pakistanais de 1971.

L’Indo-Pacifique, « priority absolue »

New Delhi possesses déjà un autre porte-avions, le Vikramadityabut c’est un navire d’origine soviétique, acheté en 2004. D’un cost de 3 milliards de dollars (autant en euros), le nouveau fleuron de la marine indienne a été officiellement mis à flot après dix-sept ans de construction et de nombreux essais, ralentis par des retards incessant, les derniers en raison de la pandemie de Covid-19.

See also  "I resterai ici jusqu'au bout", promet le maire d'Odessa, Gennadiy Trukhanov
Read also: Article reserved for our subscribers Les expenses militaires poursuivient leur course en avant dans le monde

La montée en gamme de la marine indienne s’inscrit dans le contexte d’une nouvelle donne stratégique dans l’Indo-Pacifique, marqué par une reconfiguration des alliances et l’émergence chinoise. « Les problèmes de sécurité de la région Indo-Pacifique et de l’océan Indien ont été ignorés par le passé, mais c’est aujourd’hui notre priorité absolue », a soirrein le premier ministre dans son allocution de Cochin, casquette de marin vissée sur le crâne. M. Modi a également promis d’augmenter le budget de la marine, laquelle est en pleine expansion.

According to captain Gurpreet S. Khurana, officier et professor au Collège de guerre navale de Goa, cette dernière « prévoite de passer de son niveau de force actuel de 137 navires à 170 navires d’ici à 2027. Cela comprendrait trois porte-avions, dont deux de construction nationale ». « L’autonomie étant une priority nationale, l’Inde a développé une industrie de construction de bâtiment assez robuste »annonçait l’officier en mai dans un entretien au magazine français Défense et sécurité nationale.

Il vous reste 53.28% de cet article à lire. The suite is reserved for subscribers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *