Nancy Pelosi, the president of the American Chamber of Representatives, has arrived in Taiwan; la Chine annonce des «actions militaires ciblées»

Sa visite ne faisait plus guère de doute. Nancy Pelosi, the president of the American House of Representatives, arrived Tuesday, August 2 in Taiwan. Des images diffused en direct par la télévision ont montré Mme Pelosi, 82 ans, acquiélie par Joseph Wu, le ministre des affaires étrangères taïwanais.

Dès son arrivée, la haute responsable américaine a declarée que sa visite montrait le « soutien unconditional » des Etats-Unis « à la dynamique démocratique de Taiwan »tout en affirmant que sa venue ne « contredi[sait] » pas la politique américaine vis-à-vis de la China. « Les Etats-Unis continuent de s’oppose à tout effort visant à changer le status quo » sur l’île, at-elle ajouté. Taipei has also welcomed a visit témoignant du soutien « inébranlable » des Etats-Unis.

Read also: Article reserved for our subscribers The possible visit of Nancy Pelosi to Taiwan exacerbates the tensions between the United States and China

Dénonciation immediate de la China

An American military plane with the president of the House of Representatives Nancy Pelosi on board prepares to land at Sungshan Airport in Taipei on August 2, 2022.

Pékin a immediately denounced l’attitude « extremely dangerous » des Etats-Unis et annouce des « actions militaires ciblées » visant à « défendre résolument la souveraineté nationale et l’integrity territorial et à firmement contrecarrer les ingérences extérieurs et les tentatives séparatistes d’“indépendance de Taïwan” ».

Plus tôt, Pékin avait affirmed que « les Etats-Unis auront assurement la responsabilité [des conséquences de la visite] et shall pay the price of leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la China », selon les mots de la porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying. Pour appuyer leur message, les militaires chinois avaient diffuson lundi, sur Internet, une vidéo au ton martial showing des soldiers crying qu’ils sont prêts au combat, des chasseurs en train de coller, des parachutistes sauter d’un avion ou encore une pluie de missiles qui anéantissent diverses cibles.

See also  l Elysée announces a re-contact Biden-Poutine, the Kremlin estime quil which is the "first" parlor in Sommet

On Tuesday evening, Taipei announced that twenty-one Chinese military aircraft had entered the zone d’identification de défense aérienne (ZIDA), a zone larger than its air space and which intersected at certain points with China’s own ZIDA. , voire son territoire. Peu avant l’annonce de l’atterrissage de Mme Pelosi, la chaîne de télévision chinoise CGTN avait déjà rapporté que des « avions de chasse chinese Su-35 » étaiten en train de « traverse the strait of Taiwan »qui sépare la China continentale de l’île revendiquée par Pékin.

Même si la plupart des observers jugent faible la probabilité d’un conflit armé, des responsables américains avaient dit se préparer à de possible demonstrations de force de l’armée chinoise, comme des firings de missiles dans le détroit de Tïwan ou des incursions aériennes massivees autour de l’île. Mardi, le ministère de la défense taïwanais s’est dit, dans un communiqué, « determined » à protecter l’île contre les menaces de la China.

Menace constante

Taïwan et la China continentale sont gouvernés séparément depuis la prise du pouvoir par les communistes à Pékin, en 1949, et la fuite sur l’île du gouvernement nationaliste. But Pékin considers the island comme une partie de son territoire à reunifier, par la force si nécessaire. Les 23 million de Taiwanais vivent ainsi sous la menace constante d’une invasion de la Chine, cette crainte s’étant renforcée depuis l’arrivée au pouvoir du président Xi Jinping, qui a fait de la réunification une priority.

Read also: Article reserved for our subscribers Echange musclé entre Xi et Biden au sujet de Taïwan

Pékin a plusieurs fois mis en garde Washington contre la venue de la haute responsible, qui serait interpreted comme la recognition de la souveraineté de l’île et donc vécue comme une provocation majeure. La semaine dernière, à l’occasion d’un entretien téléphone avec le président américain, M. Xi avait appelé les Etats-Unis à ne « pas jouer avec le feu ».

Washington pratique à l’égard de Taiwan une diplomatie dite d’« strategic ambiguity »consistant à ne reconnaisance qu’un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien décisif à Taipei, mais en s’abstenant de dire s’ils défentraient ou non militairement l’île en cas d’invasion.

See also  Dix morts et 11 available at naufrage for chalutier espagnol

Mardi, la 7e flotte américaine a fait savoir sur Twitter que le porte-avions USS Ronald-Reagan, qui croise dans la région depuis début juillet, se trouva dans la mer des Philippines, au sud de Taïwan. Il est accompagé du destroyer USS Higgins, qui fait partie de son groupe aéroporté, a précis une responsible de l’US Navy ayant requis l’anonymat. Par ailleurs, un navire amphibie du corps des marines, l’USS Tripoli, naviguait au même moment à l’est de Taïwan, added la responsable de l’US Navy. Le Pentagone assured that the presence of these two ships in the region was not linked to the visit of Mme Pelosi.

Soutien de la Russie à la China

Nancy Pelosi est la plus importante responsible américaine à visiter Taïwan depuis son prédécesseur à la Chambre des représentants Newt Gingrich, en 1997. Si la Maison Blanche se montre gênee par la situation, John Kirby, son porte-parole pour les questions de défense, a Affirmed lundi que Mme Pelosi avait « the right to visit Taiwan ». « Il n’y a pas de raison pour que Pékin fasse de cette visite, qui ne déroge pas à la doctrine américaine de longue date, une forme de crisis »at-il added.

Read also: Article reserved for our subscribers Nancy Pelosi’s contested travel project to Taiwan worries the White House

« The American party has betrayed its word on the Taiwanese question », a cependant déploré, mardi, Wang Yi, le ministre des affaires étrangères chinois, avant même l’arrivée de Nancy Pelosi. Il faisait reférence à l’engagement des Etats-Unis, depuis 1979, à n’avoir aucune relation officielle avec Taïwan. « Telle que nous la voyons, pareille visite semble très dangerouse et très provocatrice »a renchéri lors d’une conference de presse l’ambassadeur chinois aux Nations unies, Zhang Jun.

See also  the corps découverts à Boutcha «soulmate de sérieuses questions quant à dventuels crimes de guerre se, selon l'ONU, la Russie contest toute responsiveness

Tuesday evening, Russia has brought its support to China, estimating that Beijing has the right to take measures to protect its « Souveraineté et son intégrité territoriale ». Pour le ministère des affaires étrangères russe, la visite de Mme Pelosi à Taiwan est une « provocation evident ».

Le Monde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *