l’ex-procureur général arrêté, 64 policemen et militaires recherchés

La justice mexicaine a ordonné vendredi 19 août 2022 l’arrestation de l’ancien procureur général du pays ainsi que de 64 policiers et militaires pour la Disappearance in 2014 of 43 students from l’école normale d’Ayotzinapa (sud)au lendemain de la publication d’un report d’une commission officielle qui a qualifié cette affaire de «crime d’État».

Read also: L’enquête sur la disparition des 43 étudiants mexicains publiée

Dans la soirée de vendredi, l’ex-procureur général Jesus Murillo Karam a été appréhendé à son domicile de Mexico pour « disparition forcée, torture et délits contre l’administration de la justice », et n’a pas oppos de résistance, a indicé le parquet dans un communiqué.

Vingt militaires, 44 policemen et 14 narcotrafiquants arrêtés

Le parquet a par la suite anoncé que des mandats d’arrêt avaient été lancés contre 20 responsables de l’armée et 44 policiers pour leur implication présume dans cette affaire, qui avait profoundly choqué au Mexique et à l’étranger.

Ces 64 policemen et militaires sont recherchés pour « organized crime, disparition forcée, tortures, homicide et délits contre l’administration de la justice », a précis le parquet. Les identités et le rang des personnes recherchées n’ont pas été précisés.

Jesus Murillo Karam, who exercised his duties under president Enrique Peña Nieto (2012-2018) and led a first controversial investigation on these disappearances, is an former heavyweight of the Parti révolutionnaire institutional (PRI) who governed Mexico pending 71 dans sans interruption jusqu’en 2000.

Il s’agit de la most importante personnalité arrêtée jusqu’à présent dans le cadre de ces investigations, qui avaient redémarré de zéro après l’arrivée au pouvoir en 2019 du président de gauche Andrés Manuel Lopez Obrador.

See also  Une nouvelle partie des silos du port de Beirut s'effondre

The prosecutor launched arrest warrants against 14 members of the Guerreros Unidos cartel.

Only les restes de trois étudiants identified

Dans la nuit du 26 au 27 septembre 2014, un groupe d’étudiants de l’école de formation des maîtres d’Ayotzinapa, dans l’État méridional de Guerrero, s’était rendu jusqu’à la ville proche d’Iguala pour « requisitioner » des autobus afin d’aller à Mexico pour une manifestation.

According to the investigation, 43 young people were arrested by the local police in collusion with Guerreros Unidos, then killed by bullets and burned in an explosion for reasons that remain obscure. Seuls les restes de trois d’entre eux ont pu être identificados.

Jeudi, un rapport officiel publié par la « Commission pour la vérité Ayotzinapa » mise en place par Andrés Manuel Lopez Obrador avait estimate que des militaires mexicains avaient une part de responsabilité dans ce crime.

« Leurs actions, omissions ou participation ont permis la disparition et l’exécution des étudiants, ainsi que le meurtre de six autres personnes », avait declared the sous-secrétaire à l’Intérieur Alejandro Encinas, lors de la présentation publique du rapport.

Falsification des preuves par les militaires ?

Une autre commission, le Groupe interdisciplinary d’experts indépendants (GIEI), qui avait été créé en vertu d’un accord entre le gouvernement Peña Nieto et la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), sutint pour sa part que des Militaires ont falsified des preuves retrouvées dans la discharge où ont été brûlés les corps.

La première enquête officielle, dirigée par Jesus Murillo Karam et dont les conclusions ont été rejected par les familles des victims et par des experts indépendants, n’attribuait pour sa part aucune responsabilité aux militaires. Cette version accusait un cartel de narcotrafiquants d’avoir fait tuer les étudiants en les prenant pour les members d’une bande rivale.

See also  En Australie, 200 cétacés meurent échoués sur une plage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *