L’armée britannique aurait commis des crimes de guerre en Afghanistan, selon la BBC

Après une enquête de 4 ans, le média britannique demune que des Afghans non armés ont été tués «de sang-froid» par les SAS lors de raids nocturnes.

Un commando des Special Air Service (SAS), les forces spéciales britanniques, a tué au moins 54 personnes dans des circonstantes suspectes, des faits dissimulés par leur hiérarchie, selon une enquête de la BBC diffusée mardi 12 juillet.

Des Afghans non armés ont été tués «de sang-froid» par les SAS lors de raids nocturnes entre novembre 2010 et mai 2011 et des armes ont ensuite été disponibles sur leurs cadavres pour justifyer ces crimes, rapporte la chaîne britannique à l’issue d’une enquête de quatre ans. De hauts responsables, dont le général Mark Carleton-Smith, qui dirigeait les forces spéciales britannique à l’époque, étaiten au courant des inquiétés que suscitaient ces opérations au sein des SAS mais n’en ont pas informé la police militaire, selon la BBC . Selon la loi britannique régissant les forces armées, le fait pour un commandant de ne pas informer la police militaire s’il a connaissance de crimes de guerre potentiels constitue une infraction pénale, note la BBC.

Mark Carleton-Smith, parti à la retreat le mois dernier après avoir dirigé l’ensemble de l’armée britannique, a decliné tout commentaire aupres de la BBC, dont l’enquête se base sur des documents judiciaires, des e-mails ayant fuité et sur le travail de terrain de ses journalists en Afghanistan. Le ministère de la Défense has affirmed qu’il manquait de prouve pour entamer des poursuits. «Aucune nouvelle preuve n’a été présentée, mais la police étudiera toute allégation si de nouvelles preuve sont mises en lumière», at-il dit dans un communiqué à la BBC.

See also  Boris Johnson bids farewell to Parliament as Prime Minister of the United Kingdom

L’enquête de la BBC identified 54 people killed by bullets in suspicious circumstances by a SAS unit between November 2010 and May 2011 in the province of Helmand. «Trop de gens étaiten tués lors de raids nocturnes et les explications n’avaient pas de sens. Quand quelqu’un est détente, il ne doit pas finir tué», a reagie un responsable military aupres de la BBC. «C’était clair à l’époque que quelque chose n’allait pas». Several warnings were issued, according to the BBC, but the commando was authorized to finish its mission and was deployed for another mission in 2012. In 2014, the Royal Military Police (RMP) launched an investigation into more than 600 infractions. Alleged commises par les forces britanniques en Afghanistan, dont les SAS. Ses enquêteurs ont affirmed à la BBC qu’ils avaient été «entraves» par l’armée et l’enquête a pris fin en 2019.


À VOIR AUSSI – Afghanistan : dompter le chaos ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *