Kiev reprend l’île aux serpents, Boris Johnson s’en va sans (trop) de conséquences sur le conflit

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panic, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi? Qui a dit quoi? Where are we? The response below:

L’info du jour

Prise dès le premier jour de l’invasion russe par les troupes de Vladimir Poutine, l’île aux Serpents est nouvelles officially repassée dans le camp ukrainien. « Nous avons effectively rétabli notre contrôle physique » a declarée l’armée ukrainienne jeudi. Lundi déjà, après le départ des troupes russeKiev avait annoucement que le drapeau ukrainien flottait à nouveau sur ce petit bout de terre situé dans le north-ouest de la mer Noire.

Cette île était became emblematic dès le premier jour du conflit lorsqu’un membre de la petite garison ukrainienne la defendant a intimé au navire russe qui réclamait sa surrender d’aller « se faire foutre ». Sa situation geographique est également stratégique puisque’elle permet de protecter un couloir de navigation menant notably aux villes portuaires d’Odessa, Mykolaïv ou Kherson.

Le chiffre

La Russie, selon des images satellites prises le 13 juin par la mission Sentinel-2 de l’Agence spatiale européenne et analysées par le Program sur les récoltes de l’agence spatiale américaine. Cela comprend 28% des céréales d’hiver (blé, barley, seigle) et 18% des récoltes d’été (maïs et graines de tournesol), précis la Nasa dans sa note.

La phrase

The participation of Russia at a high level could constitute a threat to the credibility, effectiveness and relevance of the G20.

Josep Borrell’s spokesperson, Nabila Massrali, affirmed that « the frightening war against Ukraine and the consequences of Russia’s aggression will be discussed during these meetings, but we will not allow Moscow to use the G20. comme une platforme pour sa propagande ».

See also  EN DIRECT - Guerre in Ukraine: 32 days of loffensive russe

The trend of the day

L’annonce de la chute Boris Johnson aurait pu inquiéter Volodymyr Zelensky quant au soutien futur du Royaume-Uni à l’Ukraine. In effect, the British Prime Minister was one of the chiefs of the ranks of countries du côte de Kiev facing Vladimir Putin. Mais selon les analysts et observateurs, le peuple ukrainien n’a en fait pas trop à s’en faire.

« La ligne demeurera, le style sera différent », considers Sylvie Bermann, ancienne ambassadrice de France au Royaume-Uni et en Russie. « Le soutien à Kiev est une position qui est très partagée au Royaume-Uni donc ça ne devrait pas changer ». « Quiconque aurait été Premier ministre aurait fait peu ou prou la même chose, Johnson ya brought son propre style, mais c’est une politique qui lui survivra », abonde Lord Peter Ricketts, ex-conseiller britannique à la sécurité et ancien ambassadeur du Royaume -Uni en France.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *