Imbroglio judiciaire autour des documents classifiediés seized in the residence of Donald Trump

Le feuilleton des archives conservées par Donald Trump après son départ de la Maison Blanche relève bien de la sécurité nationale. Dans son édition du 7 septembre, le Washington Post Affirme que parmi les documents saisis le 8 août par la police fédérale dans la résidence de Mar-a-Lago, en Florida, figure une note décrivant les capacités militaires – notably nucléaires – d’un Etat étranger. Le quotidien ne précise pas le nom du pays, ni le degré de classification éventuelle. Il s’agit à ce jour de la seule information – très incomplète – sur le contenu des documents, qui a immediately ouvert la voie à des speculations infinies chez les commentateurs.

Mais il existe d’autres certitudes dans ce dossier, accablantes pour l’ancien président. Celui-ci a détente pendant ten-eight months dans sa résidence des archives extremely sensitives, détaillant pour certaines le travail des services de renseignement. Cela sans justification, et sans les conditions stricte de sécurité et de conservation d’habitude exigies. Les notes portant par exemple la mention « classified/TS/SCI » ne peuvent en principe être consultées que dans un bâtiment fédéral prévé à cet effet. Il est impossible, à ce stade, d’evaluate le dommage causé, sans savoir precisely qui a eu accès à quelles documents, et à quelles fins.

Read also: Article reserved for our subscribers Donald Trump is under investigation for a potential violation of the law on espionage

Le 8 août, le FBI a eu la confirmation de la légèreté avec laquelle les archives étaiten entreposées, en désordre, souvent à des magazines et des photos. La police a découvert 48 dossiers vides, portant la mention « classified information ». Certains des documents retrouvés pending la perquisition étaiten classés «HCS», une catégorie impliquant des sources humaines très sensitives, notably des taupes ou agents infiltrés dans des milieux hostiles ou des régimes étrangers. Les enquêteurs sont tombés sur des notes à l’accès tellement restricted, explique le Washington Postque même certains hauts responsables de l’appareil sécurité actuel, dans l’administration Biden, ne sont pas autorisés à les consulter.

See also  Fortes pluies et orages : passage en vigilance orange, en Guadeloupe

Quelque 300 documents au total

En 2021, les Archives nationales avaient attempted to reconstitute the missing dossiers, mais s’étaiten heurtées à un wall, du côté de Donald Trump. Le ministère de la justice s’était joint à ces efforts, en plusieurs temps. In January, 184 documents were obtained from the former president. En juin, ses avocats en ont remis 38 autres. Mais la police fédérale (FBI), bien informéne grâce à une source interne dans la residence, soupçonnaient les conseillers de Donald Trump et ce dernier de dissimuler l’ampleur et la nature des archives. D’où la perquisition spectaculare à Mar-a-Lago, le 8 août, pendant laquelle une centaine d’autres documents ont été découverts.

Il vous reste 53.44% de cet article à lire. The suite is reserved for subscribers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *