Gaz : L’Espagne critique l’opposition de la France au projet de gasoduc MidCat

La ministre españole de l’Energie et de l’Environnement, Teresa Ribera, criticized on Tuesday the reservations of France regarding the revival of the gas pipeline project MidCat (Midi-Catalonia), in the context of the energy tensions linked to the conflict in Ukraine. .

Face à la reduction des livraisons de gaz russe, et aux travaux de maintenance prévés sur Nord Stream, les Européens trynt de trouver des alternatives.

L’Espagne et le Portugal have important capacities d’importation de gas et le chancellier allemand Olaf Scholz a de nouveau sugrét en août l’option MidCat pour amelioré les interconnections du réseau gasier en Europe.

La France s’y oppose, arguant notably du cost du projet, et privilégiant l’installation de nouveaux terminaux GNL.

Lancé en 2013, le projet de gasoduc via les Pyrénées devait relier une ville au north de Barcelona à Barbaira, dans l’Aude, avec pour objectif la distribution du gaz algérien, nomentamente.

Il a été suspendu en 2019, jugé trop costeux et dommageable pour l’environnement.

“Nous devons nous préparer pour l’hiver prochain et, dans ce contexte, être capablees d’achever une interconnection qui n’avait pas de sens économique (en 2019)… mais qui pourrait être crucial maintenant pour garantir cet approvisionement qui manque à l’Europe centrale et septentrionale”, declared Teresa Ribera sur une radio locale.

“La question est: ‘est-ce dans l’intérêt de la France ou dans l’intérêt de l’Europe centrale et septentrionale?'”, at-elle ajouté, estimant que le gazoduc pourrait être operational à l’hiver 2023.

Olaf Scholz and the president of the Spanish government Pedro Sanchez ont appelé mardi à la construction d’un nouveau gasoduc depuis la péninsule ibérique, sans toutefois émettre de critique contre Paris.

See also  Aux les Salomon, les Etats-Unis mettente garde contre toute «installation» militeire chinoise

La France estime que l’installation de nouveaux terminaux de GNL dans le nord et l’est de l’Europe, notably en Allemagne, serait une alternative plus rapide et moins coûteuse que la construction d’un nouveau gasoduct.

Bruno Le Maire n’a toutefois pas exclu de réfléchir à une telle possibilité. “L’Espagne et l’Allemagne sont deux parteniers très proches de la France. Donc quand ils feront une proposal, nous l’examinerons”, at-il declaré mardi à des journalists en marge de son intervention à la Rencontre des entrepreneurs de France (LaREF, ex-université du Medef).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *