en mer Noire, les dauphins victimes collaterales de la guerre en Ukraine

Sur son téléphone, le scientifique ukraine Ivan Rusev conserve les photos des dauphins échoués ces derniers mois. “J’en ai beaucoupraconte-t-il en les faisant défiler. Ça, c’est le dernier.” Un dauphin sans injuries apparentes ni aucune plaie typique provocée d’habitude par les filets de pêche.

>> Guerre en Ukraine : ce qu’il faut retenir de la journée du 29 juillet

Au total, au moins 5 000 échouages ​​ont été repérés sur les côtes par les scientifiques turcs, roumains, bulgares et ukrainiens qui parlent d’un chiffre “terrifying”. The population of dolphins of the Black Sea is estimated at around 250,000 animals. Les décès representéraient danc déjà près de la population total des cetacés en mer Noire.

Ces décès sont dus à la très forte présence militaire dans la mer Noire, qui est become trop bruyante pour les mammifères. “Les dauphins sont très sensibles aux sonars, à certaines ondes”explique le scientifique.

“Les sous-marins russes, pour se diriger, use des sonars très puissants. Cela détruit leur oreille interne. Ce traumatisme acoustique détruit leur sens de l’orientation. Les dauphins n’ont plus aucune chance d’attraper des poissons.”

Or, comme l’explicite Ivan Rusev, “Chaque jour, les dauphins ont besoin de 25 à 30 kilos de poissons. Sans ces poissons, ils maigrissent, leur système humanitaire flanche, et les dauphins meurent d’infection.” “C’est très triste que nous n’ayons pas le pouvoir, aujourd’hui, d’aider la nature”regrette-t-il.

“On ne peut pas estimer tous les damages”s’inquiète Iryna Vykhrystiuk, director of the natural reserve des Limans de Tuzly, qui couvre 28 000 hectares. “C’est après qu’on va les evaluer et je pense qu’on sera horrifiés. La nature a une capacité enorme de régénération mais il faudra creater les conditions pour ça.”

Iryna Vykhrystiuk et Ivan Rusev dans la réserve naturelle des Limans de Tuzly, au bord de la mer Noire en Ukraine.  (JULIE PIETRI / RADIO FRANCE)

Ils le savent, le message des scientifiques est difficilement audible, en pleine guerre, alors que des humains meurent et sont blessés chaque jour. Mais ils veulent continuer à défendre leur projet, qui paraît aujourd’hui bien audacieux : créer, à la fin de la guerre, une gigantesque aire marine protégée, autour de l’île aux serpents à 50 km de là. Une zone précieuse pour les oiseaux sur leur route migratoire mais aujourd’hui surtout un site stratégique militaire, conquered by the Russians, puis repris par les Ukrainiens.

Ukraine : les dauphins victimes collaterales du conflit – Reportage de Julie Pietri et Arthur Gerbault


listen

See also  The point is that 94 days ago in Guerrero Ukraine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *