Cristina Kirchner, la vice-présidente de l’Argentine, victime d’une attempted d’assassination

L’Argentine était sous le choc, vendredi 2 septembre, au lendemain d’une attempted d’assassination à Buenos Aires de la vice-présidente, Cristina Kirchner, qui a suscité des condamnations unanimes, dans le pays comme à l’étranger.

Un homme a été arrêté, jeudi soir, après avoir tryre de tirer avec une arme de poing sur Mme Kirchner près de son domicile, devant lequel des hundredse de militants se rassemblent chaque soir depuis onze jours pour exprimer leur soutien à l’ex-cheffe de l’Etat, actuellement en procès pour fraude et corruption.

Read also: Article reserved for our subscribers In Argentina, Cristina Fernandez de Kirchner uses her procès pour corruption pour se relancer

« Cristina est en vie, car, pour une raison qui n’a pas encore été confirmed technically, l’arme qui contenait cinq balles n’a pas fait feu bien qu’ayant été déclenchée »declared the president of Argentina, Alberto Fernandez, in a speech, quelques heures après les faits.

According to the images of multiple televisions, l’homme a pointé un pistolet vers la tête de Mme Kirchner, à quelques centimeters à peine, et appetit sur la gâchette sans qu’aucun coup de feu ne parte, alors quelle signait des livres et se mêlait à des sympathisants, dans le quartier de Recoleta. « J’ai vu ce bras surgir par-dessus mon épaule derrière moi avec une arme »a raconté sur place à l’Agence France-Presse (AFP) un soutien de Mme Kirchner, qui n’a pas série donner son nom.

Des policiers ont alors saisi le suspect, l’ont emmené dans une voiture de police dans une rue attenante, austitud entouré par un épais cordon de policiers. Celle-ci est partie peu après sous les cris et les huees de plusieurs dizaines de personnes presentes, a connotado l’AFP.

See also  In the cycle of military strikes in West Africa

Jour férié national

Le chef de l’Etat a denoncé un fait d’« une enorme gravité, le plus grave survenu depuis que [l’Argentine] a retrouvé la démocratie »en 1983. Il a décreté un jour férié national vendredi, «pour que, dans la paix et la concorde, le peuple argentin puisse s’exprimer en defense de la vie, de la démocratie, et en solidarité avec [la] vice-president ».

La coalition gouvernementale (centre-left) Frente de Todos has announced a demonstration « in defense of democracy » vendredi à la mi-journée, dans la capitale. Le carrefour devant l’immeuble où réside Mme Kirchner a été rapidement bouclé par des ribbons « scene de crime » et des policeciers procédaient à des prelèvements. According to plusieurs médias argentins, le suspect serait un trentenaire de nationalité brésilienne, une information non confirmée de source officielle.

La vice-présidente argentine, Cristina Kirchner, a été la cible d'une tentative d'assassination, jeudi 1er septembre 2022, à Buenos Aires.

L’ancienne presidente (2007-2015) is currently on trial for fraud and corruption. Le 22 août, l’accusation a requis contre elle une peine de douze ans de prison et une inéligibilité à vie, dans ce procès qui porte sur des attributions de marchés publics dans son fief de Santa Cruz (en Patagonie), pendant ses deux mandats présidentiels.

Dans un paysage politique argentin strongly polarisé, le réquisitoire a donné lieu à plusieurs manifestations de soutien à Mme Kirchner par le noyau dur de la gauche péroniste, dont elle est l’icône. Des rassemblements ont eu lieu la semaine dernière dans plusieurs villes. Chaque soir, plusieurs centaines de fidèles se sont réunis près de son domicile, chantant et scandant leur soutien.

Condemnation unanimous

Au fil des heures, après l’annonce de l’aggression, des centaines de personnes ont afflué au carrefour des rues Juncal et Uruguay, chanting « S’ils touchent à Cristina, quel bordel se prépare ! »et brandissant des pancartes “Todos somos Cristina” (« nous sommes tous Cristina »).

See also  Kiev reprend l'île aux serpents, Boris Johnson s'en va sans (trop) de conséquences sur le conflit

The attempted assassination was immediately condemned by the ensemble of the government camp and the coalition of the opposition Juntos por el cambio. Le leader de l’opposition de droite et succeseur de Mme Kirchner à la presidency, Mauricio Macri (2015-2019), a été élégé sa « Condemnation absolue de l’attacke subie par Cristina Kirchner, qui n’a heureusement eu aucune consequence pour la vice-présidente ».

A l’étranger, plusieurs dirientes latino-américains, de gauche en premier lieu, ont reagi en soirée. « The attempted assassination of vice-president Cristina Kirchner deserves the rejection and condemnation of the entire continent », a tweeté le président chilian, Gabriel Boric.

« Toute ma solidarité à la camarade [Cristina Kirchner]victime d’un criminel fasciste qui ne sait pas respecter les différences et la diversité », a declared the ex-president et candidate à la présidentielle du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva.

Adulée par une partie de la gauche péroniste, honnie par l’opposition, Mme Kirchner, 69 ans, reste, sept ans après son départ de la presidency, une figure influente dans la politique argentine, à un an d’une élection présidentielle pour laquelle elle n’a pas fait connaître ses intentions.

Le verdict dans son procès ne devrait être rendu qu’à la fin de l’année. Même en cas de condamnation, elle benefite, en tant que presidente du Sénat, d’une immunité parlementaire et pourrait ne pas aller en prison, voire se présenter aux élections générales d’octobre 2023.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *